Flèche vers le haut
picto commentaires
Les 10 choses à savoir avant de partir à Baliflèche vers la gauche

#Bali

Les 10 choses à savoir avant de partir à Bali

Voyager en Indonésie, surtout pour la première fois, implique un choc de culture immense. Ce n’est pas quelque chose de négatif mais mieux vaut connaître les coutumes et spécificités locales en amont afin d’éviter toute erreur ou offense une fois sur place.

Posté le
27/3/2022

On te présente ici ce qui nous semble être les incontournables à savoir avant de partir en Indonésie, et plus spécifiquement à Bali, pour éviter tout problème ou incompréhension une fois dans le pays et face à ses habitants.

Si tu ne souhaites pas lire l'article en entier, tu peux le retrouver en format vidéo juste ici :

Coup de pousse dans tes recherches

Pour simplifier ton voyage, on te partage nos bons plans

1. L’eau potable ne coule pas du robinet

Contrairement à nous en France (et quasiment partout en Europe), à Bali, l’eau potable ne sort pas du robinet. On ne la trouve pas non plus dans des fontaines dans les villes ou dans les parcs. On peut dire que c’est une denrée « rare » qu’il faut acheter en magasin, au risque d’attraper la tourista (voire bien plus). Pour tout te dire, même les balinais ne boivent pas l’eau du robinet. Ça te donne une petite idée de sa potabilité.

Mais pas d’inquiétudes, on peut trouver de l’eau potable dans tous les magasins, supermarchés, épiceries, hôtels et restaurants de l’île. Suivant le format de la bouteille, tu t’en sortiras entre 8 000 IDR (Roupie Indonésien) et 24 000 IDR, soit entre 0,50€ et 1,50€.

Il y a cependant quelques détails à connaître et donc quelques précautions à prendre :

  • Boire seulement de l’eau en bouteille cachetée. Ne bois surtout pas l’eau d’une bouteille déjà ouverte (car tu ne sais pas depuis quand elle aura été ouverte et surtout si c’est toujours de l’eau potable qu’il y a dedans).
  • Ne pas demander ou accepter de glaçons dans tes boissons. Même si c’est rafraichissant, les glaçons sont souvent faits avec l’eau du robinet non bouillie et pourraient être « contaminés »… Si tu en as dans ton verre, mets les de côté rapidement pour éviter le pire.
  • Éviter les salades vertes dans les restaurants, car elles sont souvent lavées à l’eau du robinet.
  • Pour se rafraichir, te rabattre sur les fruits et légumes que tu peux éplucher. Comme ça, même s’ils ont été en contact avec de l’eau du robinet, une fois pelés, tu ne risques rien.

2. L’anti-moustique sera ton meilleur allier

Bali est une île chaude et humide ; justement tous ce que les moustiques adorent. N’oublie donc pas de prendre avec toi un anti-moustique puissant, voire d’en acheter un sur place. Nous on a opté pour la deuxième option. On s’est dit que l’anti-moustique balinais serait surement plus performant qu’un anti-moustique français 😂. Enfin bref… on s’est quand même mangé quelques piqures, mais on n’imagine pas ce que ça aurait été sans.

3. Les routes sont une véritable jungle

Les rues encombrées de Denpasar
Les rues encombrées de Denpasar - ©Ibrahim Rifath/Unsplash

Pas une jungle dans le sens propre du terme, mais dans le sens foutoir. C’est vraiment la loi du plus fort qui s’applique au volant. On a l’impression qu’il n’y a pas de code de la route. Et pourtant, on n’a pas vu un seul accident en 20 jours sur l’île. Plutôt rassurant j’imagine…

Donc si tu te fais conduire en taxi, pas d’inquiétudes à avoir, les balinais sont habitués. Cependant, si tu dois conduire à Bali (que ce soit en voiture ou en scooter) fais vraiment attention à toi. Déjà, demande bien un casque lorsque tu loue ton scooter. Ensuite, prends d’abord le temps de bien maîtriser ton véhicule avant de te lancer et une fois que tu es à l’aise, il faut que tu t’affirmes sur la route (et surtout aux intersections) sinon tout le monde te passera devant.

Tu peux le faire ! Il faut juste rester vigilant 💪.

À lire aussi :

4. Le coût de la vie est extrêmement bas

un repas à moins de 2€ par personne à Bali
Restaurant à Bali - ©Foxtrotteurs

Bali est une destination touristique très appréciée des occidentaux notamment pour cette raison. Le coût de la vie y est très bas (plus bas que dans les îles environnantes), ce qui fait que tu peux :

  • manger pour moins de 2€
  • te faire un bon restaurant pour 10€
  • prendre une pinte de bière pour1,70€
  • faire le plein d’essence pour 0,70€/ L
  • prendre un taxi pour 0,50€ / Km

Bref, je pense que tu as compris. Tu peux te faire un bon petit séjour pour pas cher. Sachant qu'1€ équivaut à preque 16 000I IDR.

Un avantage pour nous, touristes, mais les balinais, eux, ont un salaire en conséquence qui se trouve à moins de 300€ par mois en moyenne… Oui c’est très peu…

5. Absolument tout est payant 

Léa et Simon en haut du mont Batur
Mont Batur - ©Foxtrotteurs

 

Oui c’est le gros défaut de cette magnifique île. Le coût de la vie est extrêmement bas, mais, d’un autre côté : forêts, plages, chutes d’eau, réserves naturelles, temples, photos, … Tout, absolument tout, est payant. C’est vraiment surprenant, car même pour visiter un endroit en pleine nature, il faut payer… Ce n’est clairement pas dans notre culture. On a été plutôt surpris et réticents au début, mais comme c’est comme ça absolument partout sur l’île, il a bien fallu faire avec. C’est surement l’une des conséquences du coût de la vie si basse. Les balinais cherchent à se faire plus d’argent comme ils peuvent.

On parle de 10 000 IDR, 25 000 IDR ou 30 000 IDR, soit moins de 2€ par personne, mais accumulé sur toutes les visites que tu vas faire pendant ton séjour, ça peut faire beaucoup.

Sachez également que le Mont Batur est géré par la mafia balinaise et qu’il faut régler un droit de passage en plus d’un guide local et d’un taxi pour pouvoir gravir le mont Batur. Beaucoup de dépenses donc, mais obligatoires et pas tellement négociables pour le coup (sauf par les locaux et encore…), car on ne veut pas avoir de soucis avec la mafia.

Et on ne vous parle des endroits faits pour les touristes… Mais oui, vous savez, ces belles photos qui donnent envie sur des balançoires au-dessus des rizières ? Bah ça, ce sont des endroits payants tenus par des balinais qui ont flairé la bonne affaire. Et on ne parle pas seulement 2€, mais plutôt de 20€, voire 50€par personne. Un vrai attrape touriste (mais où l’on fait de belles photos pour son compte Instagram. Faut savoir ce que l’on veut).

6. L’art de la négociation est un plus

Un warung dans Bali
Un warung dans Bali - ©Foxtrotteurs

 

La négociation est une pratique bien plus que commune à Bali. Bien qu’on n’ait pas l’habitude de tout négocier chez nous, il ne faut pas hésiter ici. Que ce soient les commerçants dans les marchés locaux, les guides, les warungs (petits commerces en bordure de rue), les vendeurs dans la rue (comme à Paris avec les porte clef Tour Eiffel), etc. ils n’hésitent pas à augmenter les prix selon les personnes qu’ils ont en face. Et soyons conscient que même si on a économisé longtemps pour faire ce voyage, on reste des personnes privilégiées et beaucoup plus riche que les balinais.

Négocier est donc normal, mais il faut savoir rester raisonnable pour arriver à trouver le bon prix pour tout le monde : c’est-à-dire autant pour le vendeur que pour toi. Faire baisser le prix de quelques euros pour toi représente souvent un repas, voire plus, de leur côté.

Pour acheter au meilleur prix donc, voici plusieurs conseils :

  • Ne pas acheter dans les endroits les plus touristiques. Ça paraît évident, et pourtant… On se fait forcément avoir une fois au cours de son voyage 😂. Tout sera beaucoup beaucoup plus cher, même après négociation.
  • Ne pas paraître intéressé par un produit, sinon le vendeur ne te lâchera pas et gonflera son prix.
  • Faire jouer la concurrence et aller demander les prix à plusieurs vendeurs alentours pour négocier au plus juste et arriver à faire baisser le prix.
  • Être amical et souriant pendant la négociation, ne pas prendre le vendeur de haut et ne pas hésiter à utiliser le langage non verbal pour faire comprendre que c’est trop cher ou que tu n’es pas intéressé (haussement d’épaules, prendre l’air étonné, faire non des mains, etc.).

7. Bali est la seule île indonésienne hindouiste

Léa dans un temple à côté d'une statue de démon
Statue de démon dans un temple Balinais - ©Foxtrotteurs

Le reste des îles indonésiennes sont majoritairement musulmanes (à 85%), même si l’Etat indonésien reconnait cinq religions : l'islam, le protestantisme, le catholicisme, l'hindouisme et le bouddhisme.

A Bali, l’hindouisme prime donc. Cérémonies, rites et fêtes sont en conséquent très présentes sur l’île et rythmes souvent les journées, pour notre plus grand bonheur, car ça nous permet de découvrir pleinement la culture balinaise.

Tu pourras voir partout (mais vraiment partout : chez les gens, par terre dans la rue, chez les commerçants, dans les temples, …) des offrandes. Ce sont les balinais qui font des offrandes aux Dieux.

Oui on dit bien « aux Dieux » et pas « à Dieux », car dans l’hindouisme, il existe plus de 1 000 Dieux et Démons. Car oui, les balinais vénèrent Dieux comme Démons pour garder un certain équilibre et que les uns ne soient pas jaloux des autres, et donc in fine, qu’il ne leur arrive pas de malheurs.

Une culture religieuse très présente sur l’île et qui se ressent. On peut d’ailleurs voir des temples partout, avec des sculptures plus belles les unes que les autres des Dieux et Démons hindouistes. C’est vraiment différent de chez nous et très beau à voir.

À lire aussi :

8. Dans les temples le sarong tu porteras

Simon en train de se faire mettre un sarong avant de rentrer dans un temple
Simon en sarong à Pura Agung Jagatnatha, Bali - ©Foxtrotteurs

 

Le Sa quoi ? Le sarong (ou sarung). C’est un morceau de tissus assez grand pour être porté autour de la taille, un peu comme une jupe ou un paréo, l’objectif étant de te couvrir les jambes.

A Bali, que tu sois une femme ou un homme (et oui, tout le monde s’y met), le sarong est nécessaire pour entrer et visiter les temples. Il est souvent compris dans le coût du billet, mais tu peux aussi choisir d’acheter ton propre sarong. Tu en trouveras un peu partout sur l’île pour environ 3€ (soit 50 000 IDR).

9. Non les singes ne sont pas gentils

des singes qui volent dans une poubelle
Singes à Bali - ©Foxtrotteurs

A Bali, il n’est pas surprenant de voir des singes. Il y a certes la Monkey Forest, mais même dans certains temples il est possible de voir et de côtoyer les singes. Alors au début on est tout content d’en voir et même de pouvoir les approcher, mais hop hop hop ! Attention, les singes ne sont pas aussi gentils qu’on le pense ! Il faut éviter le plus possible de leur donner à manger et surtout ne pas soutenir leur regard. Ils prendraient ça pour un affront et pourraient devenir très agressifs et violents.

Et je t’assure que tu ne veux pas te faire griffer ou mordre par un singe. Ils ne sont traités contre aucune maladie, et tu pourrais facilement attraper la rage… Et là, ce serait la fin du voyage, tu vas devoir payer des frais médicaux en tout genre et des vaccins… On ne te le souhaite vraiment pas !

Et attention, car les singes sont aussi voleurs. Ils fouillent dans les poubelles, dans les sacs, et volent des objets en tout genre : nourriture, lunettes, porte-monnaie, etc. On te conseille vraiment de faire attention à ce que tu laisses trainer quand des singes sont autour.

10. L’île des Dieux n’est pas propre

les plages balinaises recouvertes de plastique
Les plages balinaises recouvertes de plastique - ©John Cameron/Unsplash

 

On voit beaucoup de photos idylliques et paradisiaque de Bali sur les réseaux sociaux, mais quand tu te promènes dans les rues… tu vois vite la face « cachée » de l’île.

Il y a tellement de déchets que les balinais ne savent pas quoi en faire et les brulent le long de la route. Imagines la qualité de l’air…

Ces amas de déchets sont certes dus au tourisme de masse, mais également au non-traitement des déchets sur place (car la population n’est pas éduquée et qu’il n’y a rien en place pour trier et traiter les déchets) ainsi qu’aux déchets plastiques qui se trouvent dans la mer et qui s’échouent sur les plages balinaises.

On ne te parle pas non plus de la pollution dû aux véhicules et aux embouteillages

Une triste réalité qui pollue autant le paysage que l’île et c’est fort dommage.

Voilà, on ta partagé nos 10 informations clefs sur Bali à connaître avant de commencer ton voyage. J’espère que ça te sera utile pour ton séjour balinais et que tu auras appris quelque chose 😊.

 

N’hésites pas à partager en commentaires tes expériences et conseils pour les autres voyageurs.

Si cet article t'a aidé,
tu peux nous soutenir en faisant un don

Nos tips

En scooter, on a l’impression que le casque n’est pas obligatoire. Fais donc bien attention quand tu loue un scooter sur place, car souvent le casque n’est pas compris dans la location. Il est même possible que le loueur te fasse payer plus cher si tu en veux un. Dans ce cas, utilises tes talents de négociateur pour le faire rentrer dans le prix de la location. Tu ne devrais pas avoir trop de problèmes.

Crédit photo : Foxtrotteurs et Unsplash

Léa et Simon

Fondateurs de Foxtotteurs

Nous c'est Léa et Simon, voyageurs et blogueurs dans l'âme ! Notre premier grand voyage ensemble, en Nouvelle-Zélande, fut le déclencheur de beaucoup d'autres. Et comme il n’y a pas de voyages sans partage, on a décidé de vous ouvrir les portes de notre petit monde et bien évidemment de tous nos bons conseils !

Découvrez notre histoire

Et si on discutait ?

*champ obligatoire
Merci pour ton commentaire, il a bien été pris en compte !
Logo Fox Captures
Oups ! On est désolés, il y a eu une erreur... On t'invite à rééssayer.
Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

Découvre nos autres articles

En cliquant sur “Accepter tous les cookies”, tu acceptes que des cookies soient stockés sur ton appareil afin d'améliorer la navigation sur le site, d'analyser l'utilisation du site et de contribuer à nos efforts de marketing. Consultes notre politique de confidentialité pour plus d'informations.
Mettre à jour tes paramètres de confidentialité.