Flèche vers le haut
picto commentaires
Aménager un van en France : ce qu’il faut savoir avant de se lancerflèche vers la gauche

#Aménagement

Aménager un van en France : ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Faire le choix d’aménager un van est une grosse décision et il est important d’avoir toutes les clefs en main avant de se lancer. Cela te permettra d’éviter bien des mauvaises surprises en chemin.

March 20, 2022

Tu as envie d’aménager un véhicule de tes propres mains mais tu ne t’y connais pas, tu te poses pleins de questions, ça t’effraie ou tu ne sais pas par où commencer ? Pas d’inquiétudes, on est aussi passés par là (sans être bricoleurs pour un clou) et si nous on y est arrivés, on sait que tu peux le faire !

On a donc essayé de rassembler ici tout ce qui est important de savoir avant de se lancer (ou plutôt tout ce qu’on aurait aimé savoir avant de se lancer).

1. Tout le monde peut aménager un fourgon

Et oui ! Que tu sois bricoleur aguerri ou bricoleur du dimanche, aménager un van est à la portée de tout le monde. Il faut simplement être un tant soit peu débrouillard et que tu aies envie d’arriver au bout de ton projet.

Si tu n’as jamais trop bricolé, il te faudra peut-être redoubler d’efforts, mais ce n’est pas une chose impossible, surtout avec tous les sites, forums, guides, vidéos, tutos, groupes, etc. qui existent. Car oui, tu n’es pas seul ! On t’en parle dans la dernière partie de cet article 😉.

Simon en train de travailler sur l'aménagement du van
Aménagement du van en cours - ©Foxtrotteurs

2. Aménager un van coûte de l’argent

Bien que l’on pense sérieusement que tout le monde peut aménager un van, il y a une question de taille qui subsiste : celle des fonds. Malheureusement un tel projet coûte de l’argent :

  • Coût du véhicule
  • Coût de l’aménagement
  • Coût de l’entretien du véhicule
  • Coût de l’assurance
  • Coût du voyage en lui-même (essence, repas, visites, …)

Il faut en être conscient et avoir les fonds disponibles avant de se lancer.

On va être honnête, en dessous de 10 000€, il sera très, très, très compliqué d’en voir le bout. On te conseille donc d’économiser un maximum (on arrête de payer les verres de ses potes en soirée, on se limite sur les restos et sorties, on oublie le shopping, enfin, on peut faire du lèche-vitrine, mais le porte-monnaie reste dans le sac hein). Et si jamais ce n’est pas suffisant, tu peux toujours demander de l’aide à ta famille ou ton entourage, voire faire un prêt à la banque. Pourquoi pas après tout ? Tous les moyens sont bons pour financer ton projet.

3. Il faut prendre le temps de trouver le bon véhicule

Oui ça peut paraître évident. C’est même la base. Mais justement, comme le véhicule sera la base de tout ton projet, c’est quand même super important de ne pas se tromper. Et ce n’est pas si simple que ça de trouver le bon véhicule. Tu peux nous croire.

Il faut que le véhicule corresponde à tes besoins et à tes souhaits, et pour ça, il y a pas mal de questions à soulever avant de se lancer dans les recherches :

  • Quelle taille tu veux (autant en largeur, en longueur, qu’en hauteur) ?
    Quand on parle d’utilitaires ou de fourgons, tu verras souvent apparaître les dénominations suivantes : « L » pour la longueur et « H »pour la hauteur, avec un numéro qui définit si c’est un petit moyen ou grand fourgon :
         . Petit : L1H1
         . Moyen : L2H2
         . Grand : L3H3 et L4H4
    Avec tous les intermédiaires qui existent : L1H2, L2H1, L2H3, L3H2, L3H4, L4H3.
  • Est-ce que tu cherches une marque en particulier ? (en fonction des pays dans lesquels tu veux aller, cette question peut être importante lorsqu’on parle de réparations sur le véhicule)
  • Quelle puissance (CV) minimale pour le moteur ?
  • Combien de kilométrage maximum tu acceptes ?
  • A partir de quelle année c’est un véhicule trop vieux à ton goût ?
  • Est-ce que tu l’achètes neuf ou d’occasion ?
  • Dans quelle région est ton périmètre de recherches ?
  • Etc.

Il faut que tu te poses et que tu répondes à ces questions de base avant de te lancer dans les recherches. Et une fois sur le terrain, il faut aussi savoir être exigent pour ne pas se faire arnaquer, surtout quand on achète d’occasion ! On t’a justement rédigé un article ici (article en cours de rédaction) à ce sujet pour que tu trouves ta perle rare sans encombre.

Plusieurs fourgons aménagés
Vans aménagés - ©Balkan Campers/Unsplash
À lire aussi :

4. En France, il existe une homologation pour les vans aménagés

Et oui… Sinon ça aurait été trop simple.

Donc une fois que tu as trouvé ton véhicule, vient le temps de l’aménagement. Et il faut savoir qu’en France, aménager un van est plus complexe (mais loin d’être irréalisable) que dans d’autres pays. En effet, si l’on veut bien faire les choses et être dans les règles, il faut en principe passer une homologation (appelée VASP Camping-Car) auprès de la DREAL (aussi appelée DRIRE, DRIEE, DEAL et anciennement le passage aux MINES) de ta région. Cet organisme va vérifier que ton aménagement corresponde bien à certaines normes obligatoires (principalement les normes AFNOR pour l’aménagement des camping-car) et que tout est donc en règle et sécuritaire pour les utilisateurs.

On dit bien « en principe », car beaucoup de vanlifers ne passent pas par cette étape (par choix, manque de temps, manque de budget, flemme, etc.). Les raisons sont multiples, mais il faut savoir que ne pas faire homologuer ton fourgon peut avoir des conséquences sur ton assurance si jamais il t’arrivait quoi que ce soit sur la route. En effet, ton assureur pourrait se retourner contre toi et ne pas te dédommager en cas d’accident, de casse, de vol, etc.

Bref, faire homologuer ton van est donc une décision qui implique de prendre en compte pas mal de normes et de règles pendant la conception de ton van. Le mieux est alors de savoir en amont si oui ou non tu veux passer VASP Caravane, car ce n’est pas une fois l’aménagement terminé qu’il faudra se poser la question… il sera peut-être trop tard.

Rassure-toi, malgré ce qu’on peut entendre à droite à gauche, l’homologation n’est pas si compliquée à avoir. On aborde justement le sujet en détail dans un prochain article.

5. Aménager un van implique quelques contraintes

Comme on l’a abordé dans la partie juste au-dessus, aménager un van, surtout si tu veux le passer VASP Caravane, implique quelques contraintes à respecter. Mais saches que, même si tu fais le choix de ne pas faire homologuer ton véhicule, des contraintes subsistent.

 

Une place limitée et biscornue

Tout d’abord, ça peut paraître évident, mais dans un véhicule, la place est limitée. Tu seras donc vite contraint dans ton aménagement par la structure même de ton véhicule. En effet, en plus de ne pas être droite, il faudra faire attention au passage des roues, aux renforts, à la cloison entre l’espace conducteur et l’arrière de l’habitacle, le passage de l’électricité du véhicule, etc. Tout cela rend l’intérieur complètement biscornu et donc difficile à appréhender pour poser les bases (sol, murs, plafond, assises, espace des cuves d’eau, …) de ton aménagement. Il faudra donc y réfléchir à deux fois avant de valider les plans de ton aménagement et même de choisir les matériaux (pour éviter de te compliquer la tâche).

Intérieur du van
Intérieur du van, à nu - ©Foxtrotteurs

Faire un choix dans les équipements

De plus, un petit espace implique de faire des choix dans les équipements que tu emmènes avec toi. Pas de machine à laver ou de lave-vaisselle, tu peux t’en douter, mais ça va même plus loin : est-ce que tu veux y mettre une douche ? Des toilettes ? Un four ? Un ou plusieurs couchages ? Etc. Tout autant de questions à se poser avant de choisir la taille de ton véhicule bien sûr.

Aménagement et équipement du van en cours
Aménagement et équipement du van en cours - ©Foxtrotteurs

Faire attention au poids de ton équipement

Et qui dit équipement dit poids. En effet, chaque élément que tu vas mettre dans ton van aura un poids. Il faut déjà faire attention au poids total de ton aménagement et favoriser des matériaux légers afin de ne pas excéder le poids maximum que ton véhicule peut supporter (écrit sur la carte grise). Mais au-delà de ça, il faut aussi faire attention à ne pas mettre toutes les charges du même côté (cuves d’eau, batteries, placards, bouteille de gaz, etc.). Cela pourrait déséquilibrer le véhicule et avoir des conséquences quand tu roules. Il faut donc faire attention à bien répartir le poids entre l’avant et l’arrière du fourgon (c’est-à-dire entre l’essieu avant et l’essieu arrière du véhicule). Rien de bien sorcier, c’est de la pure logique, mais c’est juste à prendre en compte quand tu réfléchis à ton aménagement.

 

Ne pas toucher aux renforts du véhicule

Il faut également savoir qu’on ne peut absolument pas toucher aux renforts existants du véhicule.

Quand on parle de renforts, on parle ici des renforts structurels, des fondations (comme dans une maison) du véhicule (en rouge sur la photo) et non pas des renforts antivibratoires (en bleu) beaucoup plus fins et qui peuvent être coupés sans soucis si nécessaire.

Couper les renforts structurels est strictement interdit car ça affaiblirait la structure même du véhicule et ça pourrait causer de graves dommages.

Renforts structurels et antivibratoires
Renforts structurels (rouge) et antivibratoires (bleu) du van - ©Foxtrotteurs

Alors vous allez nous dire que c’est évident et nous demander pourquoi vous feriez un truc pareil ? Tout simplement parce que lors de ton aménagement, tu vas surement installer des ouvertures (fenêtres et lanterneau sur le plafond) et du coup, tu vas devoir couper la taule. C’est à ce moment qu’il faudra faire attention de bien couper entre les renforts et pas sur les renforts !

ouvertures (fenêtre et lanternau) posés entre les renforts structurels du véhicule
Ouvertures (fenêtre et lanternau) posés entre les renforts structurels du véhicule - ©Foxtrotteurs

C’est donc important de le savoir en amont, car ça peut vite modifier l’emplacement d’une fenêtre.

 

Bref, même si ces données ne sont pas essentielles dès le tout début du projet, c’est important de les connaître et d’y réfléchir sérieusement en amont, pour éviter toute surprise. N’hésite donc pas à faire des plans, prendre des mesures et vérifier si ce que tu as décidé est réalisable avant de commencer.

À lire aussi :

6. Persévérance et patience seront de mise

Faire un van de A à Z demande du temps, surtout si c’est ton premier et que tu n’as jamais vraiment bricolé avant. Mais c’est possible ! Il faut cependant en être conscient pour ne pas se démoraliser au moindre obstacle ; car des loupés, des blocages, des complications, il y en aura forcément. Et ce n’est pas grave. C’est aussi ce qui te permettra d’avancer, d’apprendre et de t’améliorer.

Pour te donner un ordre d'idée, avec Simon, on a mis 2 mois et demi à aménager notre van en y travaillant à temps plein, mais on a rencontré des personnes qui ont mis plus de 2 ans à aménager le leur. Chacun va à son rythme en fonction aussi de son emploi du temps.

Léa dans le van une fois l'aménagement fini
Aménagement du van terminé - ©Foxtrotteurs

Tu verras à la fin, tout ça sera oublié une fois le van terminé. Tu pourras être vraiment fier du travail accompli et du chemin parcouru car tu auras réalisé ton propre van. Bravo !

7. Tu n’es jamais seul.e

On en parlait au début de l’article et c’est une vérité : non tu n’es pas seul.e dans cette aventure. Même si tu décides d’entreprendre l’aménagement de ton van en solo, il existe une très grosse communauté de vanlifers qui sont déjà passés par là et qui seront heureux de t’aider et de te donner des conseils.

 

N’hésite donc pas à entrer dans des groupes Facebook, poser tes questions sans honte (car aucune question n’est idiote), lire des articles, suivre des comptes sur les réseaux sociaux, etc. Ça te permettra de développer tes sources d’inspiration, de t’aider, de te débloquer, d’être guidé et de te sentir entouré.e.

 

Voici donc quelques liens qui pourront t’être utile avant, pendant et après ton aménagement :

8. Alors, tu te lances ? 

Voilà, on a essayé d’être le plus précis possible pour t’éclairer un maximum avant de te lancer dans l’aménagement de ton van. On espère avoir répondu à tes questions et t’avoir rassuré.

On sait que c’est beaucoup de travail. Il est normal de douter, de se questionner et de rassembler les données avant de faire le choix de se lancer ou non dans un si gros projet, mais c’est une aventure qui vaut vraiment le coup d’être vécue. Il faut juste se lancer. On t’envoie donc tout notre courage et nos connaissances pour que tu réussisses.

Si cet article t'a aidé, tu peux nous soutenir
en faisant un don

Nos tips

Si tu t'es décidé à aménager ton van en France, appelles rapidement la DREAL de ta région et échange le plus possible avec eux (surtout le contrôleur qui te fera passer l'homologation). Ça montrera ta bonne foi et ton implication dans le projet tout en renforçant tes chances d'obtenir l'homologation VASP Caravane.

Crédit photo : Foxtrotteurs et Unsplash

Léa et Simon

Fondateurs de Foxtrotteurs.

Nous c'est Léa et Simon, voyageurs et blogueurs dans l'âme ! Notre premier grand voyage ensemble, en Nouvelle-Zélande, fut le déclencheur de beaucoup d'autres. Et comme il n’y a pas de voyages sans partage, on a décidé de vous ouvrir les portes de notre petit monde et bien évidemment de tous nos bons conseils !

Découvrez notre histoire

Découvre nos autres articles

Et si on discutait ? 

N'hésites pas à partager tes commentaires, questions, avis et retours d'expérience juste dessous, on sera ravis de te répondre et d'échanger avec toi !